Le guide complet des méthodes d’arrêt du tabac : mettez toutes les chances de votre côté !

Les guides 150

Le guide complet des méthodes d’arrêt du tabac : mettez toutes les chances de votre côté !

Vous voulez que votre tentative d’arrêt du tabac soit la dernière ? Découvrez tous les outils qui peuvent vous aider à vous en débarrasser une bonne fois pour toutes !

Le Mois sans Tabac approche à grands pas et, pour vous préparer à écraser votre dernière cigarette, nous allons aujourd’hui nous intéresser à toutes les aides sur lesquelles vous pouvez vous appuyer pour faciliter votre sevrage.

Substituts, vape, médicaments, thérapies ou simplement arrêter seul et sans aide, voici un panorama qui vous aidera à mettre toutes les chances de votre côté pour ne plus jamais fumer !

N.B : cet article a pour but de vous informer sur les options à votre disposition, il ne saurait remplacer les conseils d’un professionnel de santé.

Arrêter de fumer seul et sans aide : la méthode avec le taux de rechute le plus élevé

Même si nous avons tous déjà entendu d’anciens fumeurs se vanter d’avoir réussi à se sevrer du tabac seul et sans aide, cette méthode (si tant est que l’on puisse qualifier cela de « méthode ») est loin d’être la plus efficace. 

En réalité, les recherches menées sur le sujet montrent que la majorité des personnes qui tentent de se sevrer de cette façon échouent !

De nombreuses études ont en effet été menées sur le sujet et, bien que les taux de réussite varient d’une étude à l’autre, elles s’accordent toutes sur un point : essayer d’arrêter de fumer seul et sans aide est la méthode qui connait le plus de taux de rechute. Pour vous donner un ordre d’idée, le site Ameli de l’Assurance Maladie* nous indique que les personnes qui tentent un sevrage en s’appuyant sur leur volonté seule échouent dans 9 cas sur 10

Arrêter de fumer seul et sans aide est la méthode de sevrage qui fonctionne le moins !

Arrêter de fumer seul et sans aide est la méthode de sevrage qui fonctionne le moins !

Le problème c’est que, en entendant d’autres fumeurs se vanter d’être parvenus à arrêter de fumer de cette façon, beaucoup de personnes en viennent inconsciemment à penser que s’appuyer sur des professionnels de santé et/ou des substituts nicotiniques serait une preuve de faiblesse ou d’un manque de force de caractère.

La conséquence de cela c’est que, à chaque tentative d’arrêt manquée, elles se persuadent petit à petit qu’elles n’arriveront jamais à arrêter de fumer

Pourtant, ne pas réussir à arrêter de fumer dès la première tentative et/ou par la seule force sa volonté est en réalité tout ce qu’il y a de plus commun. Rassurez-vous donc si vous avez rechuté plusieurs fois en essayant cette méthode : vous êtes loin d’être le seul, ce sont au contraire les gens qui parviennent à arrêter de fumer seuls et sans aide, et à fortiori dès la première tentative, qui sont l’exception qui confirme la règle !

À présent, vous comprenez mieux tout l’intérêt de vous faire aider pour vous lancer dans cette aventure !

Tabacologues, TCC et autres thérapies : faites confiance aux thérapies dont l’efficacité a réellement été démontrée !

Chaque jour, on découvre sur la toile et les réseaux sociaux de nouvelles thérapies et méthodes de sevrages qui mettent en avant des taux de réussite impressionnants.

Bien que très alléchantes, il faut se méfier de ces méthodes « miracles » : si les résultats vous semblent trop beaux pour être vrais, c’est certainement parce qu’ils ne sont pas vrais ! En revanche, le chèque que vous devrez signer pour essayer ces thérapies miracles sera lui bien réel…

Comment donc faire la différence entre arnaques et méthodes efficaces et reconnues ? À ce jour, seuls deux types de thérapies ont prouvé scientifiquement leur efficacité et sont prises en charge par l’assurance maladie : les tabacologues et les thérapies cognitives et comportementales (TCC).

Les tabacologues

Que ce soit par peur du jugement ou simplement parce qu’ils rechignent à sauter le pas, beaucoup de fumeurs hésitent à consulter un tabacologue. Et c’est bien dommage car, selon Santé Publique France, consulter un tabacologue augmente les chances d’arrêter de fumer de 70% !

En effet, ces spécialistes de l’addiction au tabac sont des professionnels de santé (aussi bien des médecins généralistes que des spécialistes, des infirmiers, etc.) qui ont suivi un DU spécifiquement pour vous aider à :

Comprendre les mécanismes à l’œuvre dans votre addiction ;

Choisir les substituts et/ou les médicaments les plus adaptés à votre besoin et votre mode de vie ;

Déterminer le bon dosage de nicotine ;

Faire évoluer votre traitement pour vous permettre de surmonter les difficultés au fur et à mesure ;

Vous soutenir en cas de rechute.

En plus, ces consultations peuvent être remboursées par la sécurité sociale et les substituts et médicaments qu’ils vous prescriront le seront également.

Vous n’avez donc aucune excuse pour ne pas sauter le pas !

Consulter un tabacologue augmente considérablement les chances d'arrêter de fumer

Consulter un tabacologue augmente considérablement les chances d'arrêter de fumer

Les thérapies cognitives et comportementales

Comme leur nom l’indique, l’objectif des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) est d’identifier les comportements et les croyances qui vous poussent à fumer.

En somme, elles s’intéressent avant tout à toute la partie de votre addiction au tabac qui n’est pas induite directement par la nicotine. Cet aspect souvent négligé est pourtant particulièrement important, puisqu’il est la cause de nombreuses rechutes. En effet, l’addiction physique à la nicotine ne dure pas plus de 2 mois après la dernière cigarette fumée !

Comment les TCC fonctionnent-elles ? Après avoir identifié les schémas psychologiques et comportementaux qui vous poussent à fumer, le thérapeute vous aide à les déconstruire ou à trouver des alternatives à ces comportements.

Et c’est particulièrement efficace, puisqu’il s’agit du seul traitement contre le tabac non médicamenteux dont l’efficacité a été démontrée scientifiquement !

Par ailleurs, les thérapeutes habilités à exercer ces thérapies sont des psychologues et des psychiatres ayant une formation en psychopathologie clinique ; les TCC sont donc prises en charge par la sécurité sociale et les mutuelles.

Les substituts nicotiniques pour traiter l'addiction physique et les symptômes de sevrage

Comme nous vous l’avons expliqué dans le précédent article qui avait pour but de vous aider à mieux comprendre votre addiction pour mieux la combattre, avec le temps la nicotine devient un besoin pour votre cerveau

Pour parvenir à arrêter de fumer pour de bon, il est donc nécessaire de lui réapprendre à fonctionner sans l’aide de cette molécule en maitrisant la quantité qu'il en reçoit.

Utiliser de la nicotine sous quelque forme qu’elle soit pendant son sevrage n’est donc pas seulement un moyen de garder sous contrôle les nombreux effets secondaires du sevrage tel que le manque, les fringales, l’irritabilité ou encore la fatigue, cela augmente aussi vos chances d’arrêter de fumer de 50% à 70% !

Il en existe de nombreuses formes, mais on peut les regrouper en deux catégories.

Les substituts nicotiniques à diffusion lente

La forme qui permet la libération la plus lente de la nicotine sont les patchs (ou timbres).

Les patchs présentent deux principaux intérêts. D’une part, ils délivrent la nicotine au fumeur en permanence afin de lui éviter de ressentir l’envie de fumer. D’autre part, la dose de nicotine qu’ils délivrent est très faible, ce qui permet au cerveau de se déshabituer progressivement à en recevoir.

Les patchs délivrent de la nicotine en continu, ce qui évite les envies de fumer

Les patchs délivrent de la nicotine en continu, ce qui évite les envies de fumer

Les substituts nicotiniques à diffusion rapide

Il existe beaucoup plus de formes de substituts qui permettent une diffusion rapide de la nicotine : les gommes à mâcher, les comprimés, les inhalateurs et les sprays

Ces formes à diffusion rapide sont idéales pour apaiser les « cravings », ces envies subites et intenses de fumer auxquelles il est difficile de résister.

Quel substitut choisir ?

L’intérêt d’avoir une si grande variété de substituts nicotiniques disponibles sur le marché est de pouvoir adapter le traitement aux besoins en nicotine du fumeur mais aussi à son mode de vie. Si les patchs sont souvent utilisés en « traitement de fond », la Haute Autorité de Santé recommande « d’associer des formes orales aux patchs » le temps « d’ajuster plus finement le dosage ».

Pour choisir ce qui vous convient le mieux, vous pouvez faire appel à un tabacologue mais pas seulement. En effet, de nombreux autres professionnels de santé sont habilités à vous les prescrire : les médecins (généralistes mais aussi médecins du travail), sages-femmes, infirmiers, chirurgiens-dentistes ainsi que les masseurs-kinésithérapeutes.

Sur prescription ils sont pris en charge à hauteur de 65% par l’Assurance Maladie sans avance de frais et le reste est souvent pris en charge par les mutuelles.

Cependant, la plupart d’entre eux sont disponibles sans ordonnance. Si vous ne souhaitez pas consulter de médecin, vous pouvez également vous faire conseiller par votre pharmacien !

Les médicaments : la solution de dernière intention

Les médicaments ne sont prescrits aux fumeurs qu'en dernière intention car ils présentent un certain nombre d’effets secondaires indésirables. Vous n'êtes donc concerné par cette option qu’en cas d’échec des substituts, de rechutes répétées ou d'intolérance aux substituts nicotiniques traditionnels.

En France, seuls deux médicaments sont autorisés à la vente : le bupropion, commercialisé sous le nom de Zyban, et la varénicline qui est commercialisée sous le nom de Champix. 

Le bupropion 

À l'heure actuelle, nous ne savons pas exactement comment le bupropion agit sur la diminution du tabagisme. 

Au départ, ce médicament était utilisé comme antidépresseur aux USA. Il a commencé à être utilisé dans le cadre du sevrage tabagique lorsqu’une diminution voire une disparition des envies de fumer ont été constatées chez les patients. Ce médicament permet également de réduire les symptômes de sevrage tabagique.

Il est disponible uniquement sur prescription et n’est pas remboursable.

Le bupropion, aussi connu sous le nom de Zyban, diminue l'envie de fumer

Le bupropion, aussi connu sous le nom de Zyban, diminue l'envie de fumer

La varénicline 

La varénicline est un antagoniste de la nicotine, c’est-à-dire qu’il prend la place de la nicotine au niveau des récepteurs nicotiniques, ce qui permet d’éviter les symptômes de manque mais aussi de soulager les envies de fumer.

Ce médicament est disponible sur prescription et est remboursable.

La vape : la solution pour traiter la dépendance physique et la dépendance comportementale en même temps

Bien qu’elle ait plus de 15 ans d’existence à son actif, il ne semble pas superflu de présenter à nouveau la cigarette électronique

Si la plupart des gens voient à peu près de quoi il s’agit puisque l’on croise à présent des vapoteurs à tous les coins de rue, elle souffre encore de nombreux préjugés et idées reçues qui font hésiter beaucoup de fumeurs à faire la transition.

Voici donc quelques arguments qui devraient faire changer la vision que vous en avez !

Passez à la vape pour arrêter de fumer !

Passez à la vape pour arrêter de fumer !

La vape est 95% moins dangereuse que le tabagisme

C’est de l’autre côté de la Manche que nous vient cette affirmation. Depuis 2015, le gouvernement du Royaume-Uni a en effet publié plusieurs méta-analyses des différentes études parues à travers le monde sur la dangerosité de la cigarette électronique.

À chaque rapport (dont le dernier est paru en 2022), les résultats de ces méta-analyses sont unanimes : la vape est au moins 95% moins nocive que le tabac fumé.

Cela n’a rien de surprenant et s’explique par le fonctionnement de la vape :

Le vapotage fonctionne par chauffage d’un e-liquide et non par combustion comme la cigarette, ce qui permet d’éliminer le monoxyde de carbone de l’équation ;

Bien que les liquides puissent contenir de la nicotine, cette dernière n’est ni toxique ni cancérigène ;

Les e-liquides contiennent en général seulement du propylène glycol, de la glycérine végétale, des arômes et éventuellement de la nicotine. Fini les goudrons et autres substances cancérigènes !

Même si votre objectif final est d’en finir avec votre addiction à la nicotine, la vape est un excellent moyen de protéger votre santé et celle de votre entourage en attendant d’atteindre cet objectif.

Et cela pourrait d’ailleurs être le moyen le plus efficace pour ce faire !

La vape est d’un des moyens de sevrage les plus efficaces

Bien que les chiffres varient quelque peu d’une étude à l’autre, de nombreuses études se sont intéressées au sujet et tendent à conclure la même chose : la vape est non seulement efficace pour arrêter de fumer, elle est même plus efficace que les substituts traditionnels.

Par exemple, une récente méta-analyse de l’Institut Cochrane (2023) qui a passé en revue 319 études a conclu que la vape serait 4 fois plus efficace que les substituts nicotiniques pour arrêter de fumer.

Si la vape est si efficace pour arrêter de fumer, c’est certainement car, contrairement à la plupart des substituts nicotiniques traditionnels, elle traite à la fois la dépendance physique à la nicotine et la dépendance psychocomportementale au tabac

En effet, avec la vape le fumeur conserve le geste, les sensations et les habitudes liées à la cigarette. La vape permet aussi de remplacer par une alternative plus saine la dépendance psychologique du fumeur à la cigarette, puisqu’au lieu de fumer dans les situations de stress il peut vapoter.

En outre, la vape permet aux anciens fumeurs de gérer facilement la quantité de nicotine qu’ils consomment, et donc de la diminuer progressivement.

Enfin, même si elle n’est pas prise en charge par la sécurité sociale, elle permet de faire des économies considérables en comparaison du tabac !

Vous voulez essayer la cigarette électronique pour arrêter de fumer ? Débutez la vape avec nous !

Conclusion

Quelles que soient les difficultés que vous rencontriez durant votre sevrage tabagique, il existe de nombreuses solutions pour vous aider à les surmonter !

Qu’il s’agisse de vous faire accompagner par un spécialiste du sevrage tabagique ou de trouver le substitut qui vous permettra de faire face au manque, les options sont nombreuses et peuvent être combinées pour vous soutenir dans votre démarche.

Alors, qu’attendez-vous pour sauter le pas ?

Sources 

Taux d’échec des tentatives de sevrage par la volonté seule

C. Camille : Défiant tous les pronostics, cette fan inconditionnelle de pandas qui a toujours eu la tête dans les nuages a fini par trouver sa voie en devenant rédactrice pour A&L.
Tous les commentaires

En entrant sur ce site, je reconnais être majeur(e)
et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays
à acheter des produits contenant de la nicotine.

SI VOUS NE FUMEZ PAS,
NE VAPEZ PAS

Le vapotage est une transition vers une vie sans tabac puis sans dépendance à la nicotine


En entrant sur ce site vous acceptez nos mentions légales

fr

En poursuivant sur la boutique, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous assurer une navigation optimale et pour la réalisation de statistique de visites. En savoir plus. Accepter

Gérez vos paramètres cookies sur aromes-et-liquides.fr

Des cookies de mesure d'audience utilisés pour établir des statistiques et volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant le Site (rubriques et contenus visités, parcours) sont également utilisés. Le résultat de cette mesure permet à A&L d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie dudit site. Ces cookies de mesure d’audience sont des cookies émis et gérés par Google. Pour plus d’information sur le type de données collectées par les cookies Google Analytics et sa politique de gestion de cookies, l’Utilisateur ou le Visiteur est invité à consulter le site de Google en cliquant sur le lien suivant : en savoir plus.
Pour bloquer l’utilisation de ses données via ces cookies, l’Utilisateur est invité à cliquer sur le lien suivant : désactivation ou opt-out Google Analytics.