Tabac chauffé vs cigarette électronique : lequel est le moins dangereux ?

Santé 91

Tabac chauffé vs cigarette électronique : lequel est le moins dangereux ?

Vous voulez arrêter de fumer, mais entre cigarette électronique et tabac chauffé, votre cœur balance ? Voici une étude de l'Institut Pasteur de Lille qui  vous aidera à trancher.

Pour le plus grand bien des fumeurs, les nouvelles technologies permettent de créer de nouveaux produits pour les aider à arrêter de fumer. Après la cigarette électronique, c’est IQOS qui a fait son apparition sur le marché, un dispositif inventé par Philipp Morris permettant de chauffer le tabac au lieu de le brûler.

Alors que le géant du tabac vante ses mérites comme outil de sevrage et de réduction des risques, cela reste encore à être démontré par la communauté scientifique. Voici ce qu’en dit une étude de l’Institut Pasteur de Lille parue début 2021.

Qu’est-ce que le tabac chauffé ?

Le tabac chauffé est apparu en France en 2017 avec l’IQOS, un dispositif développé par Philipp Morris (PMI) qui permet de chauffer le tabac sans le brûler et qui se présente sous une forme assez similaire à celle d’une cigarette électronique.

Sur le principe, on peut donc supposer que c’est un outil de réduction des risques efficace : les utilisateurs retrouvent le goût du tabac qu’ils affectionnent, la gestuelle de la cigarette et la nicotine dont ils ont besoin, tout en supprimant de l’équation le monoxyde de carbone que les cigarettes traditionnelles produisent dans leur combustion.

Le tabac étant chauffé à 350°C maximum au lieu des 600°C d’une cigarette combustible, on peut aussi supposer que les différents produits présents dans le tabac sont moins altérés par le chauffage, et donc moins nocifs à l’inhalation.

C’est le postulat de Philipp Morris qui présente son produit comme un outil à la fois efficace dans l’arrêt du tabac et bien moins nocif que la cigarette. Sur le site officiel du groupe, on peut d’ailleurs trouver plusieurs pages d’ « informations scientifiques autour de l’IQOS ». Le géant du tabac la revendique comme étant « la plus avancée et la plus amplement examinée de nos alternatives sans fumée » (un tacle subtil aux produits de la vape qui font de l’ombre aux ventes de cigarettes et leur rapportent beaucoup moins). 

Selon les données avancées par PMI, la vapeur de tabac de l’IQOS comporterait en moyenne 95% de produits nocifs en moins par rapport à la cigarette traditionnelle, soit une réduction des risques équivalente à celle de la cigarette électronique.

Il est toujours enthousiasmant de voir émerger de nouvelles alternatives au tabac qui peuvent faciliter le sevrage des fumeurs. Malgré des données aussi encourageantes, il parait cependant difficile de croire sur parole un des plus gros cigarettiers au monde sur ce produit qui permet justement de continuer à vendre du tabac.

Car oui, les données auxquelles se réfère PMI pour venter les bénéfices de l’IQOS viennent d’une étude réalisée par le cigarettier lui-même. D’un point de vue scientifique, elle ne constitue donc pas une preuve fiable de cette moindre nocivité et de son efficacité dans l’arrêt du tabac.

Moins de composants dangereux ne signifie pas moins toxique

PMI n’est cependant pas le seul à avoir mené des études sur l’IQOS : depuis sa sortie sur le marché en 2017, 843 études ont passé en revue sa potentielle toxicité et son efficacité dans l’arrêt du tabac. Avec un nombre d’études aussi important, on s’attendrait donc à ce que la question soit tranchée ! Pourtant, jusqu’à aujourd’hui, les preuves apportées étaient peu solides. 

Sur 843 études, seules 20 ont été passées au crible de la revue par les paires, condition indispensable pour valider la rigueur de celles-ci. Parmi ces 20 études, 12 d’entre elles étaient financées par l’industrie du tabac. Un lien d’intérêt qui compromet donc l’objectivité de ces études.

Heureusement, l’Institut Pasteur de Lille s’est à son tour penché sur la question. En plus d’être indépendante, cette étude parue en 2021 dans le « Journal of Hazardous Materials » présente en outre un processus expérimental bien plus fiable. Pour l’expérience, 3 prélèvements ont été réalisés à partir de la fumée/vapeur d’une cigarette électronique, d’une IQOS et d’une cigarette traditionnelle dans les conditions d’utilisation recommandées par les fabricants (puissance de chauffe, durée, etc.).

Résultat ? L’IQOS est moins nocive que la cigarette, mais plus nocive que la cigarette électronique (contrairement à ce qu’affirme PMI). Et de loin, puisque la vape produit 98,5% moins de composés carbonylés que l’IQOS.

La raison de ce résultat est tout simplement la présence de tabac dans l’IQOS. Même non brûlé, il contient plus de 70 composés reconnus comme cancérigènes. Comme le rappelle le Pr Dautzenberg, tabacologue et président de Paris Sans Tabac, « rien ne prouve qu’une moindre exposition par utilisation du tabac chauffé soit synonyme de réduction des risques. » 

Le Pr Dautzenberg, l'Alliance contre le tabac et le Commité national contre le tabagisme expriment leur méfiance envers le tabac chauffé

Le Pr Dautzenberg, l'Alliance contre le tabac et le Commité national contre le tabagisme expriment leur méfiance envers le tabac chauffé

Conclusion

Si l’utilisation de tabac chauffé entraine certainement une réduction des risques du fait d’une présence inférieure de composants nocifs par rapport à la cigarette traditionnelle, cela n’a encore été démontré par aucune étude.

En outre, aucune étude ne s’est pour l’instant intéressée à l’impact de la vapeur résiduelle sur l’entourage !

Pour l’instant, la vape reste donc championne toute catégorie de la réduction des risques.

C. Camille : Défiant tous les pronostics, cette fan inconditionnelle de pandas qui a toujours eu la tête dans les nuages a fini par trouver sa voie en devenant rédactrice pour A&L.
Tous les commentaires

AVERTISSEMENT

La vente des produits contenant de la nicotine est interdite aux mineurs.

La nicotine crée une forte dépendance. Les produits nicotinés sont interdit aux mineurs,
aux femmes enceintes, et aux personnes ayant des problèmes cardio-vasculaires.

En entrant sur ce site, je reconnais être majeur(e) et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays à acheter des produits contenant de la nicotine :

Veuillez renseigner votre date de naissance :

ENTRER

En poursuivant sur la boutique, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous assurer une navigation optimale et pour la réalisation de statistique de visites. En savoir plus. Accepter

Gérez vos paramètres cookies sur aromes-et-liquides.fr

Des cookies de mesure d'audience utilisés pour établir des statistiques et volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant le Site (rubriques et contenus visités, parcours) sont également utilisés. Le résultat de cette mesure permet à A&L d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie dudit site. Ces cookies de mesure d’audience sont des cookies émis et gérés par Google. Pour plus d’information sur le type de données collectées par les cookies Google Analytics et sa politique de gestion de cookies, l’Utilisateur ou le Visiteur est invité à consulter le site de Google en cliquant sur le lien suivant : en savoir plus.
Pour bloquer l’utilisation de ses données via ces cookies, l’Utilisateur est invité à cliquer sur le lien suivant : désactivation ou opt-out Google Analytics.