Que se passe-t-il dans les poumons après l’arrêt du tabac ?

Santé 19475

Que se passe-t-il dans les poumons après l’arrêt du tabac ?

Vous pensez que cela ne vaut plus la peine d’arrêter de fumer parce que « le mal est déjà fait » ? Détrompez-vous : selon une étude de 2020, arrêter la cigarette permet non seulement d’arrêter d’augmenter ses risques de cancer, mais aussi de régénérer ses poumons !

Vous avez réussi à arrêter de fumer ? Félicitations, c’est une grande victoire ! Mais, pour ne pas retomber dans le tabac (ou peut-être écraser votre dernière cigarette si vous n’en êtes pas encore là), il faut une bonne dose de motivation.

C’est là que moi, votre super panda, je viens à votre rescousse ! Grâce à une étude de 2020 financée par Cancer Research UK, je vais vous révéler une découverte particulièrement encourageante : après l’arrêt du tabac, vos poumons se régénèrent jusqu’à retrouver une deuxième jeunesse !

Le tabac provoque des mutations génétiques dans les cellules pulmonaires

Avant de s’attaquer aux informations encourageantes, il va nous falloir aborder un sujet beaucoup moins gai : le cancer du poumon et ses effets sur le corps humain.

Tout au long de la vie, les cellules du corps humain opèrent de nombreuses mutations, et ce, que l’on soit fumeur ou non. La plupart sont bénignes, mais certaines peuvent être dangereuses. En effet, il arrive que ces mutations poussent la cellule à se développer sans limites et de façon désorganisée : c’est le cancer.

Lorsque l’on fume, les nombreuses substances toxiques et cancérogènes du tabac endommagent l’ADN, ce qui augmente drastiquement le nombre de mutations dans les cellules. S’il peut provoquer 17 cancers différents, l’effet cancérogène du tabac est encore accentué sur les cellules qui sont directement en contact avec la fumée de tabac, comme c’est le cas pour les poumons. Cela explique pourquoi 80% des cancers du poumon sont causés par le tabac !

Le tabagisme provoque des mutations dans les cellules pulmonaires

Le tabagisme provoque des mutations dans les cellules pulmonaires

Et, tant que l’on en est à citer des chiffres, il faut rappeler que le cancer du poumon est le deuxième type de cancer le plus répandu chez l’homme et le troisième chez la femme en France. Si ces places sur le podium sont déjà suffisamment impressionnantes pour rendre jaloux n’importe quel athlète, il y a une catégorie dont il est le champion indétrônable : le cancer du poumon est avant tout le cancer le plus mortel en France.

Heureusement, l’étude à laquelle nous nous intéressons aujourd’hui vient de révéler que ces dommages ne sont pas irréversibles !

Les cellules pulmonaires saines remplacent progressivement les cellules endommagées

Afin d’étudier les mutations des cellules pulmonaires causées par le tabac, les chercheurs à l’origine de cette étude intitulée « Tobacco smoking and somatic mutations in human bronchial epithelium » les chercheurs ont fait une biopsie des poumons de 16 personnes incluant des fumeurs, des anciens fumeurs, des non-fumeurs et des enfants.

Chez les fumeurs, 9 sur 10 cellules analysées comportaient un nombre important de mutations génétiques, et un quart d’entre elles étaient des mutations pilotes (des mutations qui déterminent le développement du cancer en poussant la cellule à se reproduire de façon incontrôlée), soit environ 5 000 mutations de plus que chez les non-fumeurs du même âge. 

Après l'arrêt de la cigarette, les poumons comment à se régénérer

Après l'arrêt de la cigarette, les poumons comment à se régénérer

Là où l’étude devient particulièrement intéressante, c’est que les cellules pulmonaires des anciens fumeurs avaient non seulement moins de mutations génétiques que celles des fumeurs, mais surtout que leurs voies aériennes étaient tapissées de cellules similaires à celles présentes dans les poumons de personnes qui n’ont jamais fumé.

En tout, les anciens fumeurs présentaient ainsi quatre fois plus de cellules saines que les fumeurs, soit 40% des cellules de leurs poumons. Ce qui prouve que les poumons se régénèrent avec le temps ! Il semblerait en effet que les cellules saines de l’épithélium bronchique (ce qui tapisse les poumons) se multiplient à l’arrêt du tabac pour progressivement remplacer les cellules qui ont muté.

Comme l’a exprimé le Dr Peter Campbell, directeur de recherche associé, cette découverte démontre une fois de plus qu’arrêter de fumer est bénéfique à tout âge :

    Ce qui est si excitant dans notre étude, c’est qu’elle montre qu’il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer — certains participants de notre étude avaient fumé plus de 15 000 paquets de cigarettes dans leur vie, mais en l’espace de quelques années d’arrêt un grand nombre des cellules qui tapissent leurs voies aériennes ne montraient plus aucun signe d’endommagement par le tabac     

Dr Peter Campbell, de Wellcome Sanger Institute

Et son confrère le Pr Sam Janes d’ajouter :

    À n’importe quel âge, arrêter de fumer ne ralentit pas seulement l’accumulation des dommages, mais peut réveiller des cellules qui n’ont pas souffert des choix de vie passés   

Pr Sam Janes, de University College London Hospitals Trust

Il ne faut que quelques heures pour voir sa respiration s’améliorer lorsqu’on arrête de fumer

C’est bien joli tout cela, mais ce que vous voulez certainement savoir, c’est comment cela se traduit concrètement. Voici donc comment votre santé respiratoire va évoluer après votre arrêt du tabac :

Dès la première semaine, vous remarquerez que votre respiration est plus légère, car en cessant d’inhaler du monoxyde de carbone, vos poumons peuvent absorber plus d’oxygène. Vous tousserez un peu plus, mais c’est pour la bonne cause : vos poumons se débarrassent des toxiques que vous avez accumulés !

Au bout de quelques semaines, votre toux va diminuer et vous aurez moins de difficultés à faire des activités physiques.

Après une dizaine d’années sans fumer, les risques de développer un cancer du poumon sont (presque) revenus au même niveau que ceux d’un non-fumeur. 

Enfin, n’oubliez pas que même si plus vous arrêtez jeune plus vos poumons auront le temps de se régénérez, les risques de maladies et de cancer pulmonaires diminueront quel que soit votre âge !

Très rapidement après avoir arrêté de fumer, vous constaterez une nette amélioration de votre respiration

Très rapidement après avoir arrêté de fumer, vous constaterez une nette amélioration de votre respiration

Conclusion

Une étude menée en 2020 a prouvé qu’arrêter de fumer ne permettait pas seulement d’arrêter d’augmenter le risque de développer un cancer du poumon. En effet, à l’arrêt, les cellules saines restantes dans l’épithélium bronchique recolonisent petit à petit les poumons, leur donnant ainsi une deuxième jeunesse. À présent, vous saurez quoi rétorquer aux personnes qui refusent d’arrêter de fumer sous prétexte que « le mal est déjà fait » !

Et vous, quels bénéfices avez-vous constatés sur votre santé après avoir arrêté de fumer ? Partagez votre expérience dans les commentaires pour donner du courage aux fumeurs encore hésitants !

C. Camille : Défiant tous les pronostics, cette fan inconditionnelle de pandas qui a toujours eu la tête dans les nuages a fini par trouver sa voie en devenant rédactrice pour A&L.
Tous les commentaires

En entrant sur ce site, je reconnais être majeur(e)
et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays
à acheter des produits contenant de la nicotine.

SI VOUS NE FUMEZ PAS,
NE VAPEZ PAS

Le vapotage est une transition vers une vie sans tabac puis sans dépendance à la nicotine


En entrant sur ce site vous acceptez nos mentions légales

fr

En poursuivant sur la boutique, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous assurer une navigation optimale et pour la réalisation de statistique de visites. En savoir plus. Accepter

Gérez vos paramètres cookies sur aromes-et-liquides.fr

Des cookies de mesure d'audience utilisés pour établir des statistiques et volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant le Site (rubriques et contenus visités, parcours) sont également utilisés. Le résultat de cette mesure permet à A&L d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie dudit site. Ces cookies de mesure d’audience sont des cookies émis et gérés par Google. Pour plus d’information sur le type de données collectées par les cookies Google Analytics et sa politique de gestion de cookies, l’Utilisateur ou le Visiteur est invité à consulter le site de Google en cliquant sur le lien suivant : en savoir plus.
Pour bloquer l’utilisation de ses données via ces cookies, l’Utilisateur est invité à cliquer sur le lien suivant : désactivation ou opt-out Google Analytics.