Angleterre : la cigarette électronique bientôt prescrite aux fumeurs

L'Actu de la vape 90

Angleterre : la cigarette électronique bientôt prescrite aux fumeurs

L’agence britannique des produits de santé, la MHRA, vient d’autoriser les fabricants de cigarettes électroniques à soumettre leurs produits au même processus d’approbation que les médicaments. Une décision qui pourrait faire du Royaume-Uni le premier pays au monde à prescrire médicalement la e-cigarette.

Lorsque nous vous rapportons les actualités internationales sur la cigarette électronique, ces nouvelles sont rarement encourageantes. Cependant, l’Angleterre a toujours fait exception à la règle en se montrant particulièrement ouverte à cet outil de réduction des risques qu’est la vape.

C’est donc sans surprise mais avec enthousiasme que la vaposphère a découvert vendredi 29 octobre 2021 la bonne nouvelle : le Royaume-Uni pourrait bientôt se mettre à prescrire médicalement la cigarette électronique aux fumeurs souhaitant sortir du tabagisme.

Une décision qui pourrait bien s’avérer être une plaque tournante dans la lutte antitabac de ce pays !

La e-cigarette reconnue comme produit médical

Bien qu’ayant un des taux de tabagisme les plus bas d’Europe, l’Angleterre a encore dénombré 64 000 morts du tabac en 2019. En plus d’être une problématique de santé publique majeure, le tabac est aussi un révélateur d’inégalités socio-économiques qui touche tout particulièrement les régions les plus défavorisées de ce pays.

C’est donc dans la continuité de son plan de « rééquilibrage » que le gouvernement de Boris Jonhson a annoncé la décision du MHRA, l’agence britannique du médicament, d’autoriser les fabricants de cigarettes électroniques à soumettre leurs produits à l’approbation de cet organisme, ce qui signerait officiellement leur entrée dans l’arsenal des produits médicaux .

Lorsque des produits auront été approuvés par le MHRA, l’Angleterre deviendra donc le premier pays au monde à autoriser les médecins à « décider au cas par cas s’il est approprié de prescrire une e-cigarette à des patients pour arrêter de fumer ».

Des produits plus sûrs pour les utilisateurs

Cette décision a dans l'ensemble été bien accueillie par la communauté médicale qui, comme Sir Norman Lamb, ancien ministre de la Santé qui siège dans le comité à l’origine de cette décision, est « convaincu(e) que ce sera une plaque tournante » pour la lutte antitabac. 

Donner une licence médicale à des cigarettes électroniques, c’est aussi garantir aux fumeurs des produits plus sûrs, puisque le ministère de la Santé assure qu'il leur faudra passer des tests particulièrement rigoureux pour l'obtenir.

Si le Royaume-Uni compte déjà 3.6 millions de fumeurs, 1 sur 3 n’a pourtant jamais essayé la cigarette électronique. Cette licence devrait donc les rassurer sur la dangerosité de ces produits.

Tout en rappelant que les cigarettes électroniques « contiennent de la nicotine et ne sont pas sans risque », le ministère de la Santé britannique rappelle que les études ont montré sa moindre nocivité par rapport au tabac et leur efficacité dans le sevrage tabagique, ce qui en fait un outil prometteur pour atteindre leurs objectifs d'une Angleterre sans tabac d'ici 2030. 

Une licence difficile à obtenir

Malgré tout, certains professionnels de la santé sont assez sceptiques quant aux bénéfices d’accorder de telles licences aux cigarettes électroniques.

Tout d’abord, si cette autorisation peut ouvrir de nouvelles opportunités commerciales aux fabricants, elle risque dans les faits d’être compliquée à obtenir car les démarches pour soumettre des produits à la MHRA sont aussi complexes que coûteuses, ce qui restreint son accessibilité à un petit nombre de fabricants.

Dans une interview donnée à la BBC, le Pr Peter Hajek, directeur de l’unité de recherche sur la dépendance tabagique de l’université Queen Mary de Londres affirme ainsi que « les fumeurs sont plus susceptibles de profiter des bénéfices de la e-cigarette s’ils peuvent choisir les saveurs, le dosage [de nicotine] et les produits qu’ils apprécient, plutôt que d’être limités aux produits sous licence »

Il remet aussi en question la pertinence de cette mesure coûteuse pour le système de santé anglais, alors même que « les fumeurs achètent déjà avec joie » ces produits.

Pour lui, il serait ainsi plus judicieux de recommander des produits existants et qui sont déjà bien régulés par les réglementations sur la protection des consommateurs.

Conclusion

Bien qu’il soit encourageant de voir que certains pays saisissent cette incroyable opportunité qu’est la cigarette électronique pour faire reculer le tabagisme, seul l’avenir dira si faire de la cigarette électronique un produit médicalement prescrit permet à l’Angleterre d’atteindre son objectif d’un pays sans tabac d’ici 2030.

Espérons que, si c’est le cas, l’Europe saura tirer des leçons de l’expérience positive de son voisin britannique ! 

C. Camille : Défiant tous les pronostics, cette fan inconditionnelle de pandas qui a toujours eu la tête dans les nuages a fini par trouver sa voie en devenant rédactrice pour A&L.
Tous les commentaires

AVERTISSEMENT

La vente des produits contenant de la nicotine est interdite aux mineurs.

La nicotine crée une forte dépendance. Les produits nicotinés sont interdit aux mineurs,
aux femmes enceintes, et aux personnes ayant des problèmes cardio-vasculaires.

En entrant sur ce site, je reconnais être majeur(e) et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays à acheter des produits contenant de la nicotine :

Veuillez renseigner votre date de naissance :

ENTRER

En poursuivant sur la boutique, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous assurer une navigation optimale et pour la réalisation de statistique de visites. En savoir plus. Accepter

Gérez vos paramètres cookies sur aromes-et-liquides.fr

Des cookies de mesure d'audience utilisés pour établir des statistiques et volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant le Site (rubriques et contenus visités, parcours) sont également utilisés. Le résultat de cette mesure permet à A&L d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie dudit site. Ces cookies de mesure d’audience sont des cookies émis et gérés par Google. Pour plus d’information sur le type de données collectées par les cookies Google Analytics et sa politique de gestion de cookies, l’Utilisateur ou le Visiteur est invité à consulter le site de Google en cliquant sur le lien suivant : en savoir plus.
Pour bloquer l’utilisation de ses données via ces cookies, l’Utilisateur est invité à cliquer sur le lien suivant : désactivation ou opt-out Google Analytics.