SOVAPE lance un appel pour rallier les médecins

L'Actu de la vape 45

SOVAPE lance un appel pour rallier les médecins

À la suite d’un sondage qui a révélé que les Français étaient encore très mal informés sur la nicotine et le vapotage, SOVAPE lance un appel aux médecins pour pousser les autorités à réagir.

Comme chaque année depuis 2019, l’association SOVAPE a commandé un sondage à l’Institut BVA sur la perception des risques du vapotage et de la nicotine par les Français. Malheureusement, les résultats de ce sondage montrent qu'ils continuent en grande majorité à entretenir des croyances erronées sur le sujet.

Face à ce constat, SOVAPE a donc décidé de lancer un appel pour demander aux médecins de soutenir la vape afin qu'elle soit enfin reconnue à sa juste valeur par les autorités publiques et sanitaires.

Vapotage et nicotine : des risques mal compris des Français

Du 25 au 26 août 2021, les internautes ont été incités à répondre à différentes questions qui visaient à déterminer leur perception des risques du vapotage en comparaison de la cigarette ainsi que leur perception des risques de cancer par rapport à la consommation de nicotine.

Résultat des courses : les risques induits par le vapotage comme par la consommation de nicotine sont encore très mal compris. En effet, 77% des 1 003 Français interrogés ne savent pas que vapoter est beaucoup moins risqué que fumer, et 80% d’entre eux ne savent pas non plus que la nicotine n’est pas cancérigène. Un constat d’autant plus alarmant que ces résultats ont augmenté de 2 points depuis l’année dernière.

Le problème, c’est que la mauvaise perception des risques liés au vapotage et à la nicotine dissuade les Français d’abandonner le tabac pour cette alternative exempte de goudrons et de monoxyde de carbone — après tout, lorsqu’on pense que fumer et vapoter c’est kif-kif bourricot, voire que vapoter est pire que de fumer, pourquoi faire l’effort de changer ses habitudes ?

Pourtant, le tabagisme est la 1re cause de décès évitable en France. En 2015 par exemple, une étude montrait qu’il était à l’origine de 20% de tous les cas de cancers détectés en France (ce qui représente tout de même 68 000 personnes), dont 80% des cancers du poumon, ce qui en fait également la première cause évitable de cancers.

Un champion toutes catégories confondues à la sinistre réputation qui pourrait être vaincu avec l’aide de la cigarette électronique — si tant est que les autorités sanitaires et les pouvoirs publics lui en laissent l’opportunité.

L’inaction scandaleuse des pouvoirs publics et autorités sanitaires en cause

Pour Sovape, cette méconnaissance est la faute des pouvoirs publics et des autorités sanitaires qui continuent d’écarter la vape des politiques de lutte antitabac et de lutte contre le cancer.

Comme l’addictologue Amine Benyamina qui rappelait en mai 2021 dans un article de Franceinfo que le nombre de morts du tabac et de l’alcool représentait « un Covid par an », l’association compare le tabagisme en France à l’épidémie de Covid-19. Santé publique France estime en effet que le tabac fait 75 000 morts par an, alors que la Covid en a fait 68 000 en 2020 !

Moins de morts de la Covid donc, ce qui s’explique par la forte implication des pouvoirs publics qui a mené à une population française vaccinée à 90%. Ce qui montre que quand les pouvoirs publics s’impliquent, les résultats sont là. Pour SOVAPE, cet exemple rend d’autant plus inadmissible que la vape continue à être marginalisée alors qu’elle a fait ses preuves comme outil de sevrage tabagique et de réduction des risques !

L’association leur reproche notamment des « réglementations qui réduisent son accès et son efficacité » car elles sont « focalisée[s] sur la peur d’un usage par des non-fumeurs, en particulier les jeunes », quand bien même les études ont démontré que le vapotage n’est pas une porte d’entrée vers le tabagisme, et fait même diminuer le tabagisme juvénile.

SOVAPE condamne notamment l’interdiction de publicité, la limitation européenne des e-liquides nicotinés à 20mg/ml de nicotine et à une contenance de 10ml, qui cause un surcoût pour les consommateurs et limite l’efficacité du vapotage dans le sevrage tabagique. Et c’est sans compter sur les projets européens de limitation des arômes et les taxes supplémentaires qui sont envisagées !

Pour faire changer les choses et pousser les autorités publiques et sanitaires à intégrer le vapotage dans les politiques de santé publique, ils ont donc lancé un appel à tous les « professionnels de santé en prise directe avec leurs patients prisonniers du tabagisme » pour qu’ils exigent « un changement de posture des pouvoirs publics et des autorités sanitaires sur la question du vapotage ».

SOVAPE mobilise la communauté médicale pour inciter les autorités françaises à réagir

SOVAPE mobilise la communauté médicale pour inciter les autorités françaises à réagir

Si vous êtes professionnel de santé ou que vous en connaissez dans votre entourage, n’hésitez donc pas à rejoindre ou à partager cette pétition qui a déjà récolté 116 signatures ! Vous pouvez également consulter les études regroupées par Sovape, dans lesquelles vous trouverez les preuves de l’efficacité de la vape dans le sevrage tabagique et en tant qu’outil de réduction des risques.

Conclusion

Si la vape connait actuellement un sursis de quelques années avant une possible révision de la TPD, son ancrage en France comme en Europe est loin d’être assuré définitivement. Plus encore, la méconnaissance du grand public et le refus des autorités de la reconnaitre pour ce qu’elle est un véritable frein pour la lutte antitabac et la lutte contre le cancer.

Il est donc capital de se mobiliser car, comme le dit SOVAPE, « avec 14 millions de fumeurs en France, le vapotage n’est pas un problème. C’est la solution » !

C. Camille : Défiant tous les pronostics, cette fan inconditionnelle de pandas qui a toujours eu la tête dans les nuages a fini par trouver sa voie en devenant rédactrice pour A&L.
Tous les commentaires

AVERTISSEMENT

La vente des produits contenant de la nicotine est interdite aux mineurs.

La nicotine crée une forte dépendance. Les produits nicotinés sont interdit aux mineurs,
aux femmes enceintes, et aux personnes ayant des problèmes cardio-vasculaires.

En entrant sur ce site, je reconnais être majeur(e) et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays à acheter des produits contenant de la nicotine :

Veuillez renseigner votre date de naissance :

ENTRER

En poursuivant sur la boutique, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous assurer une navigation optimale et pour la réalisation de statistique de visites. En savoir plus. Accepter

Gérez vos paramètres cookies sur aromes-et-liquides.fr

Des cookies de mesure d'audience utilisés pour établir des statistiques et volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant le Site (rubriques et contenus visités, parcours) sont également utilisés. Le résultat de cette mesure permet à A&L d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie dudit site. Ces cookies de mesure d’audience sont des cookies émis et gérés par Google. Pour plus d’information sur le type de données collectées par les cookies Google Analytics et sa politique de gestion de cookies, l’Utilisateur ou le Visiteur est invité à consulter le site de Google en cliquant sur le lien suivant : en savoir plus.
Pour bloquer l’utilisation de ses données via ces cookies, l’Utilisateur est invité à cliquer sur le lien suivant : désactivation ou opt-out Google Analytics.