Vers une prohibition de la cigarette électronique aux USA ?

L'Actu de la vape 154

Vers une prohibition de la cigarette électronique aux USA ?

Après l’annonce de l’interdiction de l’envoi des produits de la vape par voie postale aux États-Unis, un certain nombre de grands groupes de transport et de e-commerces américains se sont mis à bannir la cigarette électronique de leurs services.

Le 5 avril 2021, une loi qui interdit l’envoi des produits de la vape par les services postaux publics est entrée en vigueur aux États-Unis : c'est le Vape Mail Ban. Dans la foulée, un certain nombre de grands groupes privés tels que FedEx ou Ebay se sont empressés de surenchérir en bannissant complètement les cigarettes électroniques de leurs services. Comme l’exprime cet article du Vapingpost relatant la décision d’Ebay, l’Amérique semble s’être engagée dans une véritable chasse aux sorcières qui vise à éradiquer la vape du pays.

Qu’est-ce que le Vape Mail Ban ?

Le Vape Mail Ban fait partie du PACT Act, une série de lois originellement votées en 2009. Son but principal est de prévenir la contrebande de tabac en obligeant les vendeurs à s'enregistrer auprès du Bureau Fédéral et en interdisant la vente par courrier.

Le nouvel amendement du PACT Act appelé le Vape Mail Ban a été signé en décembre 2020 et a étendu cette loi à « tout appareil qui délivre de la nicotine, des saveurs, ou toute autre substance que l’utilisateur peut inhaler grâce à cet appareil ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette formulation ratisse large, puisqu’elle pourrait aussi bien s’appliquer aux diffuseurs d’huiles essentielles.

Elle précise cependant un peu plus loin les produits qui sont visés, incluant les cigarettes électroniques et les e-liquides -y compris ceux ne comportant pas de nicotine- mais aussi tous les accessoires et pièces détachées tels que les atomiseurs, les résistances, etc.

Sans interdire formellement la vente par correspondance de ces produits, cette loi la complique tellement qu’il est devenu impossible d’exercer leur activité pour un certain nombre de vendeurs en ligne mais aussi de vape shops, faute de pouvoir envoyer leurs produits et se réapprovisionner. Pour vendre par correspondance, les sites de vente en ligne de cigarettes électroniques doivent en effet remplir un nombre de conditions non négligeables, obtenir des licences, et ne faire appel qu’à des transporteurs privés avec un recueil de signature obligatoire à la livraison.

Du côté des utilisateurs, se procurer du matériel et des e-liquides est aussi un véritable défi, puisque le fait de faire appel à des transporteurs privés augmente considérablement les frais de livraison et les contraint à être présents au moment de la réception de la commande pour faire vérifier leur identité.

Un contexte déjà tendu pour la cigarette électronique aux États-Unis

Bien que de nombreuses études aient démontré que la cigarette électronique est une méthode d’arrêt du tabac à la fois très efficace et 95% moins nocive que le tabac, l’adoption de cette loi n’est pas une surprise dans une Amérique encore marquée par la mort de 39 personnes en 2020 du fait de l’utilisation d’huiles de cannabis frelatées.

Une épidémie d’infections pulmonaires a en effet touché plus de 2 000 personnes qui avaient utilisé des produits achetés au marché noir. Ces huiles de cannabis comportaient un ajout de vitamine E qui, une fois chauffée, avait causé de graves lésions sur leurs poumons.

Malgré le fait que la dangerosité de ces produits était causée par leur provenance illicite, D. Trump n’avait pas manqué de sauter sur cette occasion pour poursuivre sa croisade contre la cigarette électronique, et l’on en voit aujourd’hui le résultat.

Derrière cette chasse aux sorcières, on peut également discerner l’emprise du lobby du tabac, très influent aux USA, qui voit d’un mauvais œil le succès de cette petite machine à vapeur qui lui vole sa clientèle.

Preuve en est : dès qu’un accident lié de près ou de loin à la cigarette électronique survient, cela fait la une de tous les journaux. En revanche, le fait que près de 500 000 Américains décèdent chaque année d’une maladie provoquée par le tabagisme ne semble pas susciter beaucoup d’émois. Plus inquiétant encore, la vérité sur ces affaires semble souvent occultée, comme c’est le cas pour les affaires d’explosions de cigarettes électroniques dans lesquelles le problème vient la plupart du temps d’une utilisation contre-indiquée, et non à cause d’un défaut de la cigarette électronique.

Quand les grands groupes s’en mêlent

Il est difficile de dire si ces décisions sont le fruit de réelles convictions ou une simple manœuvre pour s’attirer les faveurs du grand public encore choqué par ces événements, mais de grands groupes privés en ont profité pour annoncer dans la foulée le bannissement de la cigarette électronique de leurs services. C’est notamment le cas des célèbres transporteurs FedEx, UPS ou encore DHL qui ont déclaré tour à tour ne plus prendre en charge la livraison des produits de la vape.

Il y a peu, eBay a également annoncé qu’à partir du 9 juin 2021, « La vente de cigarettes électroniques et leurs accessoires ainsi que les objets contenant du tabac [serait] interdite sur eBay ».

Afin de mettre en place ces nouvelles mesures, la célèbre marketplace appliquera un certain nombre de sanctions allant de la suppression des annonces jusqu’à la suspension du compte. Tous les revendeurs de cigarettes électroniques devront donc retirer leurs annonces avant la date échue, et ce sans possibilité d’un quelconque remboursement dans le cas où ils auraient engagé des frais.

FedEx et eBay ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres : on se souvient aussi qu’en 2020 PayPal avait gelé les comptes de certains vendeurs de produits de la vape sans raison apparente.

Conclusion

Prohiber quelque chose n’est pas forcément synonyme d’interdiction formelle : mettre en place des taxes si élevées et des exigences légales si difficiles à remplir que la vape en deviendrait complètement inaccessible est une forme de prohibition, et il semblerait que c’est le chemin sur lequel l’Amérique s’est engagée.

Nous pouvons nous inquiéter de l’impact de ce genre de politique puisque, comme l’a montré la prohibition de l’alcool de 1920 à 1933, interdire complètement la consommation d’un produit a tendance à favoriser la vente et la production illégales de ce même produit. Non contrôlée par des normes sanitaires strictes, sa consommation peut alors se révéler très dangereuse pour la santé, ce qui serait bien dommage pour un plan qui entend, justement, prévenir ce genre de trafics et préserver la santé publique…

Sans compter qu’en étant dans l’impossibilité de se procurer facilement leurs produits et matériel de vape, il est fort probable qu’un certain nombre d’accros à la nicotine qui étaient passés à l’alternative plus saine qu’est la vape risquent de se tourner vers la solution la plus simple pour subvenir à leur dépendance : la bonne vieille cigarette et son redoutable cocktail de goudrons en tous genres.

C. Camille : Défiant tous les pronostics, cette fan inconditionnelle de pandas qui a toujours eu la tête dans les nuages a fini par trouver sa voie en devenant rédactrice pour A&L.
Tous les commentaires

AVERTISSEMENT

La vente des produits contenant de la nicotine est interdite aux mineurs.

La nicotine crée une forte dépendance. Les produits nicotinés sont interdit aux mineurs,
aux femmes enceintes, et aux personnes ayant des problèmes cardio-vasculaires.

En entrant sur ce site, je reconnais être majeur(e) et que je suis autorisé(e) par la législation de mon pays à acheter des produits contenant de la nicotine :

Veuillez renseigner votre date de naissance :

ENTRER

En poursuivant sur la boutique, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous assurer une navigation optimale et pour la réalisation de statistique de visites. En savoir plus. Accepter

Gérez vos paramètres cookies sur aromes-et-liquides.fr

Des cookies de mesure d'audience utilisés pour établir des statistiques et volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant le Site (rubriques et contenus visités, parcours) sont également utilisés. Le résultat de cette mesure permet à A&L d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie dudit site. Ces cookies de mesure d’audience sont des cookies émis et gérés par Google. Pour plus d’information sur le type de données collectées par les cookies Google Analytics et sa politique de gestion de cookies, l’Utilisateur ou le Visiteur est invité à consulter le site de Google en cliquant sur le lien suivant : en savoir plus.
Pour bloquer l’utilisation de ses données via ces cookies, l’Utilisateur est invité à cliquer sur le lien suivant : désactivation ou opt-out Google Analytics.